Chronique, Fantastique, Romance, Young Adult

Chronique : Sins of the innocent de Jamie Mcguire

23715018

Titre : Sins of the innocent

Auteur : Jamie Mcguire

Éditions : Jamie McGuire LLC

Tome : 1

Pages : 140 pages

Type : Fantastique, Young Adult, Novella

Prix : 2.69 euros (format kindle)

Résumé

In the horror show of gods and monsters, Eden Ryel was the star. Conceived of her mother, a Merovingian–a direct descendant of Christ–and her father, the half-human son of a fallen angel, her very existence had prompted The Great War. Prophesied to be the Keeper of the Balance, Eden struggles to realize her purpose.
Levi, the overconfident and charming half-human son of Lucifer takes nothing seriously. Not even when he finally meets the young woman who is destined to end his existence. A common bond is formed under the pressures they face from both sides, but their respective religious texts predict opposite outcomes. Either way, they must choose: war, death, or love.

Mon avis

Ici petite chronique sur une novella de mon auteure préférée quand il s’agit de romance, j’ai nommé la grande Jamie Mcguire.

Jamie, je l’aime parce qu’elle fait des histoires géniales. Simples, mais supers. Les histoires d’amour (toujours présentes) sont très bien amenées, et même si elles peuvent parfois paraître clichées, je les trouve toujours belles, et elles me donnent envie.

Ici, on retrouve Eden une jeune femme plutôt pas ordinaire. Fille de la dernière descendante Mérovingienne et d’un ange, elle est ce qu’on appelle une hybride.

Et pour couronner le tout, une hybride vouée à faire de grandes choses.

Hélas, ou heureusement, ça dépend du point de vu, tout ne va pas se passer comme prévu dans son plan de vie, et un être importun va venir bousculer toutes ses convictions.

Il porte le doux nom de Leviathan AKA Levi et est, comme tous les personnages masculins de Jamie Mcguire, super bien foutu, super bien étudié, et vraiment mignon – en tout cas dans ma tête.

J’ai beaucoup aimé le caractère des personnages, et même s’il y a moins de choses à dire dans une novella de 140 pages que dans un roman de 400, je tiens à dire que malgré le peu de pages, j’ai beaucoup aimé cette histoire.

Je trouve que peu importe la taille de ses romans, Jamie Mcguire arrive parfaitement à développer ses histoires sans que les choses paraissent trop lentes ou trop rapides, ce qui confirme encore une fois qu’elle est mon auteure préférée.

Je recommande donc chaudement cette histoire si vous souhaitez passer du bon temps sans vous prendre la tête sur un pavé de 600 pages.

Je tiens aussi à noter pour conclure que si Jamie Mcguire aime les fins heureuses, elle a décidé de changer pour ce livre et, malgré le fait que la fin ne soit en aucun cas triste, j’ai aimé ce petit twist qui fait que l’imprévu m’a laissé sur place en tournant la dernière page.

Note

4

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s