Blackmoon, Chronique, Dystopie, Genres, Maisons d'éditions, Science Fiction, Young Adult

Chronique : L’enclave de Ann Aguire

Capture d_écran 2017-08-11 à 21.45.25

Capture d_écran 2017-08-11 à 00.02.08

http://amzn.to/2uwJ3pb

Résumé

 

La guerre. Les épidémies. En un mot : l’apocalypse. La surface de la terre est devenue inhabitable.
Les rares survivants se sont réfugiés dans le monde d’En-Dessous, à l’abri d’enclaves souterraines reliées par des tunnels. Trèfle a toujours connu la loi de l’enclave. Elle y a toujours obéi sans discuter.
Elle est devenue Chasseuse. Le rêve de sa vie. Avec Del, son coéquipier, elle se voit investie d’une nouvelle mission : protéger l’enclave de la menace constante des Monstres anthropophages qui errent En-Dessous. Mais si Trèfle est docile, elle n’est pas aveugle. Et le courage qu’elle mettait au service de la loi qui régit la vie dans son enclave va l’entraîner à se rebeller. Car au nom de cette loi, les Anciens condamnent des innocents. Après le massacre d’une enclave voisine, Trèfle fait une découverte qui lui glace le sang : les Monstres sont devenus intelligents.
Pourtant, les Anciens ignorent ses avertissements. Pire, pour la faire taire, ils s’en prennent à l’un de ses amis. Trèfle n’y tient plus. Elle prend sa défense. Mais en se dénonçant pour un crime que personne n’a commis, elle est bannie avec Del. Cet exil vaut une condamnation à mort. Malgré cela, Del va lui apprendre que les mensonges des Anciens vont encore plus loin que ce qu’elle croyait, et que l’espoir brille peut-être au bout du tunnel…

 

Mon Avis

J’avais ce livre depuis pas mal de temps dans ma PAL et dans ma wishlist Amazon, mais avais toujours hésité à l’en sortir. C’est donc tout naturellement que je me suis précipitée dessus quand je l’ai aperçu à la médiathèque de ma ville pour me pencher un peu plus sur le sujet.

Ici, on va accompagner une jeune fille du nom de Trèfle qui vit et a toujours vécu dans l’Enclave, sous terre. Sous terre ? Eh oui. Car depuis que les humains ont ravagé la planète, le seul moyen que les Hommes ont trouvé pour survire est de s’exiler dans les bas fonds, où d’horribles Monstres règnent en maître.

Trèfle est Chasseuse, ou, tout du moins, elle va le devenir incessamment sous peu lors de son baptême, et se verra attribuer un coéquipier.

Malheureusement, tout ne se passe pas comme prévu pour elle et, si elle est bien Chausseuse, son binôme est la plus exécrable des personnes qu’elle n’aie jamais vu.

Comment vous dire que, si le résumé me tentait drôlement, je n’ai pas aimé ce livre.

J’ai été déçue, et pas qu’un peu. Le fait est qu’il se lit rapidement, il n’y a aucun souci là dessus. L’écriture est assez fluide, mais hachée, et c’est ça le souci pour moi.

Tout du long de l’histoire, j’ai eu la désagréable impression que l’auteure avait fait une liste de toutes les scènes qu’elle voulait absolument placer dans son roman, et qu’elle les a mis à la suite, comme ça, sans qu’on comprenne vraiment pourquoi, sans vrai lien.

De plus, j’ai trouvé l’écriture très enfantine. C’est un récit à la première personne du singulier, et, même si Trèfle n’est pas une adulte mais une ado, j’ai eu l’impression de lire tout au long du roman un récit raconté par une gamine d’à peine de 10 ans, autant au niveau du vocabulaire qu’au niveau de l’avancée émotionnelle du personnage.

Je ne me suis attachée à aucun personnage, pas le temps. Soit ils meurent tellement rapidement qu’on n’a pas le temps de s’y attacher, soit ils sont juste antipathiques, pas dans le sens où ce sont des salops, mais plutôt dans celui où ils sont juste inexistant au niveau du caractère.

Tout arrive comme un cheveux sur la soupe, que ça soit les baisers, les attaques, les problèmes ou les joies, rien n’a vraiment de lien.

Je vais tout de même lire la suite car je me demande ce qu’il se passe après, mais je ne suis pas du tout convaincue par l’écriture de l’auteure et la manière dont elle a décidé de développer son histoire.

J’avais pourtant vu qu’il avait plus de 16 sur livraddict, comme quoi, il faut de tout pour faire un monde, preuve en est pour lui et pour La passe – miroir !

Ah un petit truc qui m’a embêté aussi ! Au début l’héroïne n’a pas de nom, elle va s’en voir attribuer un lors du baptême, et je trouvais ça cool de ne rien savoir, le suspens était là, et je me demandais comment elle allait s’appeler.

Sauf que. Étant donné le fait que le titre du premier chapitre si je ne m’abuse porte son prénom, ça casse tout de suite le truc !

Ma Note

1.5

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s