Chronique : Eirenn – Spes de Karine Vitelli

Capture d’écran 2018-02-12 à 17.40.05.png

Capture d_écran 2017-11-07 à 14.10.52

http://amzn.to/2G82cz9

Capture d_écran 2017-11-07 à 13.48.14

Hier, j’étais encore dans mon petit studio Aixois, un métier d’infirmière que j’adorais plus que tout dans une vie qui me convenait. Et j’étais encore humaine ! Aujourd’hui, jour de mes vingt-cinq ans, j’apprenais que j’étais un nouveau-né, j’évoluerai en une Elue et peut-être en une Elite. En résumé, j’étais une mutante. Ma nouvelle espèce me laissait le choix : sauver le monde ou rester à ma vie paisible. Comment se décider en si peu de temps face à un tel dilemme ? Etais-je capable de fermer les yeux sur le chaos de l’humanité ou étais-je prête à affronter l’ennemi ?

Capture d_écran 2017-11-07 à 13.53.13

J’avoue que quand j’ai jeté mon dévolu sur Eirenn, dans la boutique Kindle d’Amazon, c’était sans réelle conviction. L’histoire avait l’air d’être plutôt cool et intrigante, mais sans plus. J’avais envie de lire pour me détendre et d’avoir quelque chose sur Kindle pour les moments de transports ou d’attentes entre deux cours.

J’ai donc commencé ma lecture en me disant que je ne parcourrais que quelques pages par jour. Résultat des courses ? Lu en 2 jours.

Alors clairement, ce n’est pas un coup de cœur. Tout simplement parce qu’il y a quand même quelques coquilles et qu’à la fin, l’héroïne que je trouvais attachante, je ne pouvais plus la voir en peinture.

J’ai bien aimé la trame principale de l’histoire, même si au début, élites, élus ou novices, je ne faisais pas trop la différence. Et puis au fur et à mesure on rentre dans l’histoire on apprend à connaître un peu plus les personnages.

Alors qu’on se comprenne tout de suite, ici, je vais allumer l’héroïne principale, et pourtant, j’ai beaucoup aimé cette histoire.

Donc, notre chère protagoniste du joli nom d’Eirenn.

Rousse, petite, tempérament de feu. Déjà, rien que là, énorme cliché (même si j’adore les rousses, je dois bien l’avouer). Au début ça m’a plu. Un caractère qui pète dans tous les sens, une volonté à toute épreuve ! Et puis au bout d’un moment, je l’ai trouvé irascible.

Trop confiante, qui se prend pour une héroïne, presque odieuse ! Elle n’écoute personne, toujours persuadée d’avoir raison, et le problème, c’est que l’auteure lui donne !

Elle fait toujours les bons choix, est une rebelle et ce, 24h/24. C’est elle qui prend la défense des incompris, elle qui décide d’aller sauver les nécessiteux même quand tout le monde est contre, elle qui tient tête aux dirigeants parce qu’elle dit ce qu’elle pense et souhaite sauver la phase de la Terre.

Et puis évidemment, elle a un paquet d’hommes qui ne voient que par elle et la draguent en veux-tu en voilà ! Entre le brun ténébreux au caractère sombre, le châtains aux yeux bleus, solaire, qui rigole tout le temps, le mystérieux roux qui l’invite à danser…

Leander n’est pas mieux ! Le cliché du mec qui est distant mais on voit qu’il se passe un truc dans ses yeux quand il regarde l’héroïne, blablabla !

Bref, à un moment donné, trop, c’est trop. Et je dirais même que le plus gros problème de cette histoire sont les personnages. Ils sont too much. L’auteure a du mal à donner dans la finesse, et quelque chose qui, de prime à bord, pourrait être bien, devient grossier.

D’un peu rebelles, ses personnages passent à révoltés à temps plein, d’un peu froids, ils deviennent carrément glacés, d’un peu indécis, ils sont carrément bipolaires. Et c’est fatiguant à la longue, de voir toujours le même schéma se répéter.

Et c’est pareil pour tout le monde. Personnages principaux ou secondaires deviennent des clichés d’eux même.

Et pourtant, j’ai trouvé l’histoire intéressante. En lisant ma chronique j’avoue que je me rends compte que ça ne donne pas du tout envie, et pourtant. L’auteure écrit très bien, les pages se tournent vite et on ne se rend pas compte qu’on est arrivés à la fin jusqu’à ce qu’on lise le dernier mot. Je lirais la suite même si j’ai trouvé le développement un peu longuet et répétitif. Je vous conseille ce roman pour les moments un peu off, où vous avez juste envie de vous faire plaisir sans trop grosse prise de tête.

Capture d_écran 2017-11-07 à 13.48.02

3

Publicités

Une réflexion sur “Chronique : Eirenn – Spes de Karine Vitelli

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s