Chronique : A thousand pieces of you de Claudia Gray

Capture d’écran 2018-09-21 à 13.21.00.png

Capture d_écran 2018-05-28 à 13.40.58

https://amzn.to/2xCPplC

Capture d_écran 2018-05-28 à 13.35.11

Marguerite Caine’s physicist parents are known for their groundbreaking achievements. Their most astonishing invention, called the Firebird, allows users to jump into multiple universes—and promises to revolutionize science forever. But then Marguerite’s father is murdered, and the killer—her parent’s handsome, enigmatic assistant Paul—escapes into another dimension before the law can touch him.
Marguerite refuses to let the man who destroyed her family go free. So she races after Paul through different universes, always leaping into another version of herself. But she also meets alternate versions of the people she knows—including Paul, whose life entangles with hers in increasingly familiar ways. Before long she begins to question Paul’s guilt—as well as her own heart. And soon she discovers the truth behind her father’s death is far more sinister than she expected.

Capture d_écran 2018-05-28 à 13.36.34

Quand une relecture s’impose.

J’avais déjà lu A thousand pieces of you il y a bien 2 ans de ça. Je l’avais à l’époque acheté sur Amazon uniquement parce que je voulais étoffer ma collection de livres anglophones, sans me douter à quel point il deviendrait un coup de cœur.

Je l’avais donc lu, adoré et, sans vraiment savoir pourquoi, je l’avais reposé sans lire les tomes suivants. C’est donc avec une grande impatience (et une légère appréhension) que j’ai décidé de me replonger dans cette histoire qui m’avait tant marquée à l’époque.

Une univers aussi riche que la couverture.

Il faut avouer que c’est tout d’abord ce qui m’avait attiré dans ce livre. Des couleurs vives agréables à l’œil, un coup de crayon impressionnant, et un résumé alléchant. En somme, un roman très prometteur… qui a justement tenu ses promesses.

Tout d’abord, l’écriture de Claudia Gray qui est simple mais percutante. Elle décrit parfaitement bien tout ce qui se déroule autour ou au sein de ses personnages, et c’est très agréable. On n’est jamais perdus et on sait toujours où on se situe dans le roman et où va l’autrice; un très bon point.

Le monde dans lequel on plonge est étudié à la perfection, et j’ai adoré me retrouver dans plusieurs dimensions, celle de l’ancienne Russie étant ma préférée. L’autrice a définitivement choisi un univers assez intéressant avec énormément de possibilité pour le développer. J’avais souvent entendu parler de voyage dans le temps, mais peu à travers les dimensions, et c’est très bien traité ici.

Des personnages à fleur de peau.

Quand on connait leur passif, on comprend pourquoi. Entre la perte de son père pour Marguerite, le passé compliqué de Paul avec sa famille, et les soucis de Théo, rien ne semble facile dans leur vie.

Claudia Gray nous le fait extrêmement bien ressentir, sans jamais tomber dans le mélodramatique. On a des émotions brutes et vraies, qui ne versent pas dans le cliché et l’apitoiement.

Chacun est maître de sa destinée, fort et courageux. Fille ou garçon, tout le monde est logé à la même enseigne.

J’ai beaucoup aimé Théo et Marguerite, mais mon préféré ad vitam æternam restera Paul qui est extrêmement touchant. On peut dire que ce coup de cœur est en grande partie grâce aux nombreux Paul que j’y ai rencontré.

Des révélations qui donnent envie de se jeter sur le tome 2.

De prime à bord, on pourrait considérer le roman sans suspens. On sait comment il va se finir, et même s’il va falloir un peu de temps pour arriver au dénouement, il n’y a aucun doute de comment la fin sera.

Sauf que, Claudia Gray en a décidé autrement, et a décidé de nous mettre des rebondissements inattendus qui nous font ouvrir grand la bouche et se dire : oh ! celle-là, je l’avais définitivement pas vu venir !

Un sentiment déroutant et très agréable qui fait que, bien évidemment, je lirais le tome 2 (et espérons cette fois assez rapidement pour que je n’ai pas à rerelire ce premier roman).

Capture d_écran 2018-05-28 à 13.38.05

Capture d_écran 2018-05-28 à 13.49.10

Capture d_écran 2018-05-28 à 14.10.31

Publicités

14 réflexions sur “Chronique : A thousand pieces of you de Claudia Gray

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s