Chronique, Contemporain, Genres, Maisons d'éditions, Romance

Chronique : Fight de Charlotte Roucel

41mHI5vo31L._SY346_

Titre : Fight

Auteur : Charlotte Roucel

Éditions : Auto édition

Tome : 1

Pages : 460 pages

Type : Romance

Prix : 2.99 euros

Résumé

Lorsque Marie débarque chez les Warrior’s, un des gangs les plus violents de la ville, après que son frère l’ait échangée contre un peu de temps, Noah pense qu’elle sera comme toutes les autres et qu’il sera facile de l’utiliser pour son propre plaisir. Mais la jolie rousse agit d’une manière étrange. Le jeune homme va vite comprendre que cette dernière détient un lourd secret. Un de ceux qui risquerait de mettre en danger la vie de beaucoup de monde. « Attends-toi à ce que chaque jour soit pire que le précédent » est leur credo. Il se pourrait bien qu’ils n’aient encore rien vu…

Mon avis

Après avoir lu – que dis-je, avalé, la saga des Anges déchus de Becca Fitzpatrick, il me fallait une lecture simple, pas prise de tête, où on a pas besoin de réfléchir 3 heures pour apprécier. C’est donc tout naturellement que je me suis tournée vers la romance, et notamment un petit nouveau qui me faisait de l’œil, là, à défiler sur mes propositions amazon. Alors je peux vous dire que quand j’ai vu qu’il ne coûtait que 2.99 euros en format Kindle, je ne me suis pas gênée. Et j’ai bien fait.

Si je peux déjà vous dire qu’il ne s’agit pas d’un coup de cœur comme pour la saga des Anges déchus, ce roman a été une plutôt bonne lecture.

J’avoue qu’au départ, j’avais peur que ce roman ne soit pas de la romance pure et dure comme je les aime mais quelque chose de plus « sale » de type plus qu’érotique voire même dark érotique, si je peux appeler ça comme ça.

Qu’on se comprenne bien, ici je ne critique pas ce genre, même si je ne l’apprécie pas du tout et qu’il me gâche mes romances, je comprends très bien les gens qui peuvent aimer ça. Sauf que moi, quand je veux de la romance, je veux de l’amour à en vomir, du mignnonisme tout plein, des bisous tout doux et des je t’aime avec des fleurs et le restau – avec une petite touche de « tu me fais chier je veux plus jamais te voir » histoire de bien corser les choses, mais rien de plus.

Pas de « il fourra sa **** dans mon ***** et je ********* » et j’en passe. Tout ça, très peu pour moi.

Alors au départ quand j’ai vu que Noah s’était l’archétype même du bad boy qui parle comme un charretier à coup de « couilles », de « bonne » et de « p’tit cul » je me suis dit : eh mince.

Et puis non. Surprise totale et immense soulagement : ce livre, bien que cliché par bien des aspects, est une pure romance, belle et attendrissante, énervante parfois.

Si, comme je le disais plus haut, ce n’est pas un coup de coeur, j’ai adoré me plonger corps et âme dans cette histoire d’amour banale sans l’être.

Un bad boy et une fille sage écorchée par la vie mais forte à la fois, le stéréotype est bel et bien là mais n’en est pas moins attirante.

J’ai beaucoup aimé le caractère trempé de Noah, mais je dois avouer que celui de Marie, à la longue, m’a un peu agacé. Je n’ai jamais vécu ( fort heureusement ) ce qu’elle a dû vivre dans sa vie, mais j’avoue que dans le roman je lui aurai tout de même donné des claques, même si son comportement était tout à fait logique.

Bref, une bonne lecture passée en compagnie de Marie et Noah, un couple qui ne restera pas gravé en ma mémoire mais qui m’aura transporté le temps de quelques centaines de pages dans un monde bien à eux, en me faisant sourire, et en me rendant parfois bien triste aussi.

À lire pour une soirée détente et sans prise de tête – ou alors un tout petit peu.

Note

3.5