Booktube, Fantasy, Le mardi, c'est vidéo !, Young Adult

Booktube, me voilà ! #1

CARAVAL

Bon, voilà, c’est le jour J, depuis le temps que je l’attendais ! Je peux maintenant vous le dire ! Hier, pour ceux qui auront lu l’article, j’ai parlé des attrapes-rêve que je fabrique, et, notamment, dans cet article, je vous ai parlé d’une possible surprise.

Voili voilou, aujourd’hui je vous annonce que j’ai enfin décidée d’ouvrir ma chaîne Booktube (ouais ‘fin depuis l’temps hein fallait bien qu’tu t’y mettes, ça fait 4 ans qu’t’essayes, quand même – Roh, ta gueule !)

BREF ! Aujourd’hui j’ai donc posté ma toute première vidéo pour votre plus grand plaisir (sisi) & ma plus grande trouille (oooh oui) !

Donc voilà, maintenant que c’est dit : Le Mardi, c’est vidéo !

 

Publicités
Bayard, Chronique, Fantasy, Genres, Maisons d'éditions, Romance, Young Adult

Chronique : Caraval de Stephanie Garber

Capture d_écran 2017-08-20 à 11.49.05

Capture d_écran 2017-08-11 à 00.02.08

http://amzn.to/2v3aQK4

Résumé

Bienvenue à Caraval ! Le spectacle le plus extraordinaire de tous les temps ! Vous y verrez plus de merveilles que le commun des mortels au cours de toute une vie. Mais avant que vous vous plongiez dans notre univers, gardez à l’esprit qu’il s’agit d’un jeu… Nous tenterons de vous convaincre que ce qui se passe au-delà de ce portail est réel, mais ce n’est qu’illusions. Alors prenez garde à ne pas trop vous laisser emporter. Car les rêves qui se réalisent peuvent être magnifiques, mais ils peuvent aussi se transformer en cauchemars si l’on ne se réveille pas…

Mon Avis

Ce livre me faisait de l’œil depuis la sortie, et quand Monsieur a perdu (sciemment, je le sais maintenant) un pari dont l’enjeu était un cadeau, il était forcé que je choisisse un livre ! Ayant pas mal hésité entre La Faucheuse de Neal Shusterman et Génésis : Le défi des étoiles de Claudia Gray, c’est avec une grande logique que je n’en ai pris aucun des deux et que j’ai décidé d’opter pour Caraval de Stephanie Garber.

Et quel bonheur !

Dans ce roman on va suivre Scarlett qui vit sur l’île conquise de Trisda avec sa sœur Donatella. Elle rêve depuis toujours de voir Caraval, une troupe qui a pour réputation de donner des spectacles grandioses.

Elle envoie donc des lettres par dizaines sans jamais recevoir de réponses, jusqu’au jour où… elle découvre une lettre de Légende, le grand Patron avec 3 billets dedans. Un pour elle, un pour sa sœur et un non nominatif, pour son futur fiancé dont elle ne connait pas le nom.

Après quelques péripéties, elles décident de partir à l’aventure sur l’isla de los suenos pour aller voir Caraval et fuir leur tyran de père. Cependant un problème va survenir et Scarlett va perdre sa petite sœur, faisant tout pour la retrouver.

Franchement, sur le papier, ça vend du rêve, et à l’intérieur aussi.

Stephanie Garber est professeur d’écriture créative dans un collège aux USA, et je peux vous dire que ses élèves ont de la chance.

Je suis heureuse d’avoir découvert ce roman, car depuis quelques temps, je n’avais plus de coup de cœur, voire même des déceptions, et je commençais à me demander si la panne de lecture ne se profilait pas.

Bref, Caraval m’a sauvée.

J’ai juste adoré ce roman et je n’arrête pas d’en parler et de saouler monsieur avec. C’est le premier roman à s’élever au rang de Max, de Sarah Cohen – Scali (les vrais savent, lolilol) → que j’ai d’ailleurs pour projet de relire et de vous chroniquer parce que c’est un crime qu’il ne soit pas sur mon blog.

BREF. Désolée, mais je suis bien trop excitée pour vous parler de Caraval et je ne sais même pas quoi dire.

Ce livre est génial. Tout d’abord, totalement futile mais quand même : la couverture est magnifique. Voilà, maintenant que c’est dit, on peut rentrer dans le vif du sujet.

Caraval, c’est un monde merveilleux qui ne nous donne qu’une envie : plonger dedans avec Scarlett et Donatella et vivre l’aventure à fond, en jouant, bien entendu

Mais Caraval c’est aussi un endroit où règne une atmosphère spéciale, bizarre, et presque flippante. Tout est trop beau, tout est trop coloré, tout est trop enjoué, et tout a un prix.

J’ai adoré la manière d’écrire de l’auteur, comment elle décrit les émotions en termes de couleurs, sa manière de nous faire sentir les parfums de chacun, tout est magique chez elle. On arrive à s’imaginer tout ce qu’elle sait si bien nous décrire, et l’histoire est si riche qu’on voit que rien n’est laissé au hasard et tout prévu, sans que le roman paraisse mécanique.

J’ai aussi énormément aimé les personnages et leurs différentes personnalités. Elle amène les choses en douceurs et ne tombe pas dans le cliché et je crois que c’est ce qui m’a le plus plu.

Scarlett est géniale mais craintive, Julian arrogant mais mystérieux, Dante classe mais sûr de lui, Donatella mignonne mais insouciante, et je pourrais vous les décrire comme ça pendant des heures.

Et puis n’oublions pas Légende. LE personnage que personne n’a jamais vu, mais dont tout le monde entend parler.

Et la fin, la fin. Enfin bon, bref.

J’ai beaucoup de mal, comme à chaque fois que c’est un coup de cœur, à écrire ma chronique mais là je pense pouvoir passer au stade coup de foudre et l’élever au rang « Diamant » dans ma liste Booknode. Oui oui, Max va enfin avoir de la compagnie.

Je n’ai qu’une hâte : lire le second tome !

Ma Note

5

 

Coup de coeur

Chronique, Collections R, Fantastique, Fantasy, Genres, Maisons d'éditions, Science Fiction, Young Adult

Chronique : Les clans Seekers de Arwen Elys Dayton

Capture d_écran 2017-08-12 à 16.51.59

Capture d_écran 2017-08-11 à 00.02.08

http://amzn.to/2fL1FuQ

 

Mon Avis

Aujourd’hui, nouvelle chronique sur Les Clans Seekers d’Arwen Elys Dayton et je dois vous avouer que je suis assez embêtée par ce roman.

En effet, si la couverture (magnifique il faut le dire) et le résumé m’attiraient, et que j’avais envie de découvrir cette histoire qui était quand même intrigante, je suis un peu déçue et perdue.

En gros ici nous allons suivre Quin Kincaid qui est vouée à devenir une Seeker. C’est ce qu’elle a toujours voulu, toute sa vie. Cependant, le jour où elle le devient, rien ne se passe comme prévu et elle se rend compte que toute sa vie est un mensonge.

Jusqu’ici tout a l’air simple. Oui, sauf que. Je n’ai pas vraiment compris l’histoire. Pourtant j’ai lu plus de 300 pages sur 475. Pourquoi m’arrêter en si bon chemin vous allez me dire ? Eh bien tout simplement parce que, au bout d’un moment, je n’ai plus eu la force de continuer. Si j’aime bien la manière d’écrire de l’auteur, je dois dire que c’est uniquement pour ça que j’ai continué, je n’ai pas réussi à accrocher à l’histoire et encore moins à la comprendre !

Qu’on se comprenne bien : Arwen Elys Dayton écrit vraiment très bien. Elle développe son histoire à la perfection, décrit parfaitement les scènes et les lieux et sait nous faire passer les sentiments de ses personnages sans que tout se transforme en roman bateau. Elle arrive à faire des protagonistes étonnants et c’est ce qui m’a plu.

En revanche, je me suis totalement perdue dans son récit. Tout d’abord, je croyais tomber sur un récit moyenâgeux (bien qu’il n’y ait que la couverture qui l’indique et pas le résumé), et je tombe en fait dans une époque plus moderne. Quand, en revanche, aucune idée.

Ensuite, l’autrice connait bien son monde, même un peu trop je dirais, et elle semble oublier que, nous, commun des mortels, ne sommes pas autant au fait qu’elle de tout ce qui a pu ou se passe dans cette histoire.

J’ai donc, la plupart du temps, eu beaucoup de questions sans réponses et si j’aimais beaucoup l’écriture, j’ai arrêté au bout de 300 pages (que j’ai mis plutôt longtemps à lire au final) car je ne voyais pas où voulait en venir A.E.D.

Je trouvais que si elle connaissait son monde sur le bout des doigts, elle se perdait dedans, à trop s’attarder sur des détails, et pas assez sur les choses les plus importantes.

Car après toutes ces pages rapidement tournées, je ne sais toujours pas exactement ce qu’est un morphofouet ni un distorseur, pas moins ce à quoi ressemble une Effraie (que je pensais avoir une tête de chouette étant donné le nom, ne vous moquez pas de moi) et je n’ai toujours pas compris ce qu’était un Seeker et ce qu’ils étaient censés faire ! Donc là, loin d’être un coup de cœur, je suis même en colère qu’une autrice qui écrit aussi bien nous laisse en plan comme ça !

Ma Note

2

Chronique, Fantasy, Genres, Macadam, Maisons d'éditions, Milan, Young Adult

Chronique : Rouge Rubis de Kerstin Gier

Capture d_écran 2017-08-11 à 14.55.31

Capture d_écran 2017-08-11 à 00.02.08

http://amzn.to/2vpwcnA

Résumé

Elle est le Rubis, la douzième, l’ultime voyageuse. Avec elle, le Cercle est refermé, le secret est révélé. Un secret qui remonte à la nuit des temps.
Gwendolyn est une lycéenne comme les autres. Bon, d’accord, elle voit des fantômes dans les couloirs de son lycée, mais d’abord elle n’en voit qu’un, et puis personne n’est parfait. Pour le reste, c’est le grand ordinaire, avec des profs barbants, une mère exigeante, des frères et sœurs casse-pieds..
Mais lorsqu’elle se retrouve soudain projetée au début du siècle dernier, Gwendolyn panique. Ça ne dure pas très longtemps, mais quand même! Elle qui se croyait banale s’avère être marquée du sceau des veilleurs du temps. De ceux qui voyagent à travers les âges pour accomplir de mystérieuses missions.
De quoi sortir du train-train quotidien..

Mon Avis

J’avais déjà essayé de lire Rouge Rubis il y a quelques mois de ça, et je n’avais pas réussi. Je n’avais pas trouvé le courage de le lire, l’écriture ne me plaisait pas, j’avais trop de mal à me détacher du film que j’avais vu, et je ne trouvais pas l’histoire si intéressante que ça, je m’étais même dit : ah OK, tout ça pour ça.

J’avais donc décidé de le mettre de côté en attendant des jours meilleurs, car je crois en la fameuse seconde chance qu’on peut donner à un livre, et au moment, opportun ou non, d’une lecture à un instant T.

Bref, à croire que, aujourd’hui, c’était le moment. Si Rouge Rubis n’a pas été un coup de cœur, j’ai été agréablement surprise durant cette deuxième tentative de lecture. Je n’ai pas vu le temps passer, et j’ai été happée par l’histoire assez rapidement.

L’héroïne est attachante, et l’écriture fluide m’a facilité la lecture. J’ai bien aimé l’intrigue même si je trouve que, au final, pour un tome 1, il n’y a pas tant de chose que ça & qu’on rentre à peine dans l’histoire. Peut-être que pour une fois la trilogie est vraiment nécessaire et que le tome 2 ne sera pas qu’un « tome pont ».

L’histoire en elle même est assez originale, et les informations distillées de ci de là nous laissent nous faire nos propres hypothèses.

Par contre, et désolée pour tous ceux qui ont une affinité de prêt ou de loin avec ce prénom mais … Gidéon. Alors là, ça m’a tout cassé. Déjà que les cheveux longs – même mi-longs – je ne peux pas et ça me casse le sexy d’un homme direct, alors là avec un prénom pareil en plus, je passe mon tour et plutôt deux fois qu’une.

J’ai tout de même hâte de lire la suite et me demande ce qu’il va se passer dans le second tome !

Ma Note

3.5

 

Chronique, Fantasy, Gallimard, Genres, Maisons d'éditions, Young Adult

Chronique : La passe-miroir : Les fiancés de l’hiver de Christelle Dabos

Capture d_écran 2017-08-11 à 15.03.13

Capture d_écran 2017-08-11 à 00.02.08

http://amzn.to/2vMaWcF

Résumé

Sous son écharpe élimée et ses lunettes de myope, Ophélie cache des dons singuliers : elle peut lire le passé des objets et traverser les miroirs. Elle vit paisiblement sur l’Arche d’Anima quand on la fiance à Thorn, du puissant clan des Dragons. La jeune fille doit quitter sa famille et le suivre à la Citacielle, capitale flottante du Pôle. À quelle fin a-t-elle été choisie ? Pourquoi doit-elle dissimuler sa véritable identité ? Sans le savoir, Ophélie devient le jouet d’un complot mortel.

Mon Avis

J’avais tellement hâte de me plonger dans la lecture de la passe miroir, de Christelle Dabos. J’avais ce roman depuis quelques temps dans ma PAL, et je me disais : un jour, je l’en sortirai, et ce jour là, ce sera génial.

Génial, forcément, vu tout le bien qu’on en disait autour de moi, je ne pouvais qu’aimer, la question ne se posait même pas.

Hélas, je n’ai pas accroché. Franchement, j’ai essayé. Je viens de reposer le roman au bout de plus de 160 pages et je me suis posée quelques minutes en me demandant si oui ou non je devais vous faire une chronique étant donné le fait que je n’avais pas fini le livre, ou si je devais me forcer, quitte à prendre 2 semaines à le lire et revenir vers vous.

Et j’ai décidé de le laisser de côté, parce que je me suis promis de ne plus me forcer à vomir – façon de parler, s’entend – pour finir un livre.

Bref, je n’ai pas aimé. Ce qui est bizarre, c’est que mine de rien, les pages se sont tournées plutôt vite pourtant. Je n’ai pas vu le temps passer en même temps que je le trouvais interminable.

Ce livre m’a ennuyé dans le sens propre du terme. Beaucoup de description et de répétitions, trop, peut-être. J’ai un peu l’impression d’être retombée dans l’univers Harry Potter avec des choses un peu magiques, mais je ne sais pas si ça m’a vraiment plu.

Tout est trop long. Les descriptions, la mise en place, le caractère des personnages.

Bref, je n’ai pas accroché, et je regrette bien d’avoir, à l’époque, craqué et acheté les deux tomes d’un coup ! Je n’ai pas vu où l’auteure voulait en venir, et si parfois je trouve que certains écrivains mangent des étapes et vont beaucoup trop vite, là ça a été tout l’inverse.

N’hésitez pas à me laisser votre avis qu’on compare, car je sais que beaucoup ont aimé.

Ma Note

1.5