Chronique, Dystopie, Genres, La martinière jeunesse, Maisons d'éditions, Science Fiction, Young Adult

Chronique : Effacée de Teri Terry

Capture d’écran 2017-09-06 à 21.05.09.png

Capture d_écran 2017-08-11 à 00.02.08

http://amzn.to/2eVMCOY

Résumé

Dans un futur proche, en Angleterre, les criminels de moins de 16 ans sont condamnés à perdre tout souvenir de leur passé. Malgré son Effacement, cependant, Kyla fait d’étranges cauchemars. Comme si ses souvenirs s’obstinaient à remonter à la surface…
Petit à petit, le doute s’installe. A-t-elle vraiment commis un crime et mérité son sort ? La jeune fille n’est pas certaine de vouloir le découvrir, d’autant que sa nouvelle vie de lycéenne lui plaît. Et que son passé pourrait s’avérer difficile à supporter …
Mais peut-on être soi, à 16 ans, si l’on ignore d’où l’on vient ? Grâce à Ben, Effacé, lui aussi, et convaincu que l’Effacement cache en réalité une gigantesque manipulation, Kyla trouvera peut-être la force de partir en quête de sa propre histoire…

Mon Avis

Welcome Welcome ! Aujourd’hui nouvel article sur Effacée de Teri Terry que j’avais déjà lu pour mon ancien blog. J’ai décidé de me replonger dans ce roman pour pouvoir faire une petite mise à jour au niveau des chroniques.

Dans ce roman on va suivre Kyla, jeune fille Effacée il y a peu. Les Effacés sont tous simplement des adolescents de moins de 16 ans qui se retrouvent « réinitialisés« . La plupart ont fait des choses horribles dans leur vie d’avant, et c’est ainsi que l’État leur donne une seconde chance.

J’avais un peu d’appréhension quant à la relecture de ce livre étant donné le fiasco après avoir relu Wake de Lisa McMann. Pourtant, et fort heureusement, j’ai apprécié de me replonger dans cette histoire !

J’ai beaucoup aimé retrouver Kyla, jeune fille plutôt travaillée par son Effacement. Car si la plupart des Effacés sont de purs imbéciles heureux, Kyla, elle, se rend bien compte que quelque chose cloche.

Elle fait des rêves plus ou moins horribles, n’arrive pas à garder sa langue dans sa poche et se pose des milliers de questions.

J’ai aussi beaucoup aimé le personnage de Ben qui est vraiment bien dépeint par l’auteur.

Ici, pas de réel héro ou héroïne. On retrouve des tranches de vies et des personnages qui agissent comme ils le peuvent et non comme ils le veulent. On retrouve des protagonistes réels. Rien ne semble romancé, et on imagine très bien que les personnages pourraient réagir ainsi dans la vraie, compte tenu de leur condition.

Je note cependant le manque de dynamisme qui pourra parfois pécher dans la lecture de certains (ça ne m’a vraiment dérangé, j’ai même trouvé ça plutôt intéressant et plutôt en phase avec l’histoire du roman en lui même).

Pas un coup de cœur mais une bonne lecture, et je vais enfin pouvoir me plonger dans le reste de la trilogie que je n’avais pas encore lu !

En conclusion un roman qui se lit bien et vite, sans effort et plutôt innovant mais pas à couper le souffle non plus.

Ma Note

3.5

Publicités
Chronique, Fantastique, Genres, J'ai lu, Maisons d'éditions, Romance, Science Fiction, Young Adult

Chronique : Lux : Opale de Jennifer L. Armentrout

Capture d_écran 2017-08-30 à 17.37.02

Capture d_écran 2017-08-11 à 00.02.08

http://amzn.to/2wSRNGT

Résumé

Si elle a été sauvée in extremis par les pouvoirs de Daemon, Katy n’est désormais plus tout à fait la même. Et il lui faudra du temps pour apprivoiser sa nouvelle nature. Néanmoins, la communauté des Luxens a des problèmes plus urgents à régler dans l’immédiat : un deuil qui fait dissension, le retour inattendu de Dawson, et la recherche d’un plan visant à tromper la surveillance de la Défense. Par ailleurs, une menace bien pire que la présence des Arums semble peser sur eux : « le Dédale ». Si cette organisation découvre ce dont Daemon et Katy sont capables, ils sont perdus…

Mon Avis

Me revoici avec le troisième tome de la fameuse saga Lux, de Jennifer L. Armentrout ! Et autant vous dire que ce roman a énormément de chance d’avoir une fin de fifou parce que, si j’aime toujours autant suivre Katy (& surtout Daemon), j’en ai eu un peu marre, justement, de cette Katy.

Cette Katy qui veut toujours être plus forte que tout le monde et qui n’apprend jamais de ses erreurs. Cette Katy qui veut toujours pleurer et adore que Daemon la rassure. Cette Katy qui joue la badass et qui déteste que Daemon veuille la protéger.

Bref. Cette Katy capricieuse, cette Katy casse-bonbon, cette Katy énervante, cette Katy qui ne sait pas ce qu’elle veut.

J’ai eu du mal avec certains clichés, certains personnages, avec beaucoup de choses en fait, si on lit ce début de chronique.

Et pourtant. J’ai adoré retrouver Daemon (je pense que beaucoup lisent cette série uniquement pour lui).

J’ai aimé suivre le déroulement de l’intrigue. Et surtout. Surtout. J’ai été subjuguée par la fin et la manière qu’a eu Jennifer L. Armentrout de décrire les sentiments de chacun. Je n’ai donc qu’une hâte : lire le quatrième tome pour voir où son imagination va nous emmener et le tournant que va prendre le roman.

Il n’empêche que je ne peux que remarquer que mon engouement pour le premier tome s’estompe petit à petit et que si Daemon n’était pas là, je serais surement beaucoup moins encline à lire la suite.

Ma Note

3.5

 

Bayard, C'est Jeudi, que lisez-vous ?, Chronique, Collections R, Contemporain, Dystopie, Fantastique, Hugo Roman, J'ai lu, Le masque, MSK, Pocket, Robert Laffont, Romance, Science Fiction, Thriller, Young Adult

C’est Jeudi, que lisez-vous ?

Hello mes chers compatriotes ! Aujourd’hui comme tous les Jeudis, petite mise à jour dans mes lectures avec le très original « C’est Jeudi, que lisez-vous? » !

Petit récapitulatif pour les mauvais élèves qui n’auraient pas suivi le cours *oui, je te vois, toi, au fond là bas qui te cache derrière ton livre !* mais en gros le C’est Jeudi, que lisez-vous reprend exactement le C’est Lundi, que lisez-vous à un jour prêt qui consiste à parler de ses lectures passées, en cours et à venir !

Capture d_écran 2017-08-15 à 15.49.14

Capture d’écran 2017-08-31 à 16.00.42.png

 

Capture d_écran 2017-08-15 à 15.48.33

Capture d_écran 2017-08-31 à 15.59.51

 

 

Capture d_écran 2017-08-15 à 15.49.00

Capture d’écran 2017-08-31 à 16.07.47.png

 

Voilà voilà ! Très satisfaite de mes lectures de la semaine passée et de la semaine en cours, et qu’une hâte, commencer la nouvelle semaine ! Hâte de vous retrouver demain pour une nouvelle chronique, Tchüss !

Chronique, Collections R, Dystopie, Genres, Maisons d'éditions, Robert Laffont, Science Fiction, Young Adult

Chronique : La Faucheuse de Neal Shusterman

Capture d_écran 2017-08-30 à 14.56.23

Capture d_écran 2017-08-11 à 00.02.08

http://amzn.to/2xJJ9qu

Résumé

Les commandements du Faucheur :
Tu tueras.
Tu tueras sans aucun parti pris, sans sectarisme et sans préméditation.
Tu accorderas une année d’immunité à la famille de ceux qui ont accepté ta venue.
Tu tueras la famille de ceux qui t’ont résisté.

Mon Avis

Aujourd’hui nouvelle chronique sur La Faucheuse de Neal Shusterman ! Je voulais le lire depuis quelque temps et je l’avais notamment découvert sur la chaine YouTube d’Hippos & Smile qui en avait plutôt bien parlé !

Je me suis donc plongée dans cette histoire en m’attendant à passer un super moment de lecture, et ce fut le cas !

Pour résumer l’histoire, on va suivre deux personnages : Citra et Rowan, qui vont entrer en compétition, non voulue, pour devenir Faucheur professionnel.

Qu’est-ce qu’est un Faucheur et pourquoi existent-ils ? Tout d’abord un Faucheur est, comme son nom l’indique, quelqu’un qui va venir prendre la vie d’une personne totalement lambda sans jugement ni préméditation. S’ils sont là, c’est que l’humanité est devenue immortelle, et qu’il faut bien faire le ménage de temps en temps pour éviter que la planète ne soit surchargée.

Pour donner le ton de cette chronique, je vais tout d’abord commencer par vous dire que j’ai adoré et que ce livre a été un vrai coup de cœur, après l’avoir refermé.

Je m’explique.

Quand j’ai lu ce roman, je l’ai, certes, beaucoup apprécié, mais je n’ai rien trouvé de transcendant au départ. Et puis, au fil des pages, j’avais l’envie, mais aussi le besoin de savoir la suite, et c’est là qu’il s’est transformé en coup de cœur, quand  j’ai tourné la dernière page, que je me suis assise et que je me suis dit : wouah, ce livre est vraiment une tuerie (sans mauvais jeu de mot).

J’ai adoré le personnage de Citra aussi énervant, qu’antipathique et pourtant un peu attachant. Rowan, quant à lui, a été mon coup de cœur !

J’ai aimé la manière dont avait l’auteur de décrire ses personnages, ils étaient tellement réels. Pas parfaits, pas clichés. Ils avaient juste ce qu’il fallait de bonté, d’agressivité, de tristesse, d’espoir, d’énervement BREF, j’ai rarement trouvé des protagonistes aussi parfaits et énervants à la fois. Tout simplement réalistes.

J’ai aussi adoré le thème qui franchement, bien que s’inscrivant dans la dystopie de base, est très original. Je n’avais jamais vraiment lu ce type de roman mettant en place l’élimination de personnes par les personnages centraux à l’histoire.

Neal Shusterman écrit vraiment très bien, les pages se tournent vite, et on n’a pas envie de sauter une seule ligne, de peur de rater quelque chose.

Évidemment, j’aurais aimé que certains sujets soient plus présents, d’autres un peu moins, mais je dirais que c’est à peu près le cas dans tous les romans.

Bref, petit coup de cœur pour moi et hâte de lire la suite (& de voir le film d’ailleurs, qui est prévu au cinéma)

Ma Note

4.5

Coup de coeur

 

Blackmoon, Chronique, Dystopie, Genres, Maisons d'éditions, Science Fiction, Young Adult

Chronique : L’enclave de Ann Aguire

Capture d_écran 2017-08-11 à 21.45.25

Capture d_écran 2017-08-11 à 00.02.08

http://amzn.to/2uwJ3pb

Résumé

 

La guerre. Les épidémies. En un mot : l’apocalypse. La surface de la terre est devenue inhabitable.
Les rares survivants se sont réfugiés dans le monde d’En-Dessous, à l’abri d’enclaves souterraines reliées par des tunnels. Trèfle a toujours connu la loi de l’enclave. Elle y a toujours obéi sans discuter.
Elle est devenue Chasseuse. Le rêve de sa vie. Avec Del, son coéquipier, elle se voit investie d’une nouvelle mission : protéger l’enclave de la menace constante des Monstres anthropophages qui errent En-Dessous. Mais si Trèfle est docile, elle n’est pas aveugle. Et le courage qu’elle mettait au service de la loi qui régit la vie dans son enclave va l’entraîner à se rebeller. Car au nom de cette loi, les Anciens condamnent des innocents. Après le massacre d’une enclave voisine, Trèfle fait une découverte qui lui glace le sang : les Monstres sont devenus intelligents.
Pourtant, les Anciens ignorent ses avertissements. Pire, pour la faire taire, ils s’en prennent à l’un de ses amis. Trèfle n’y tient plus. Elle prend sa défense. Mais en se dénonçant pour un crime que personne n’a commis, elle est bannie avec Del. Cet exil vaut une condamnation à mort. Malgré cela, Del va lui apprendre que les mensonges des Anciens vont encore plus loin que ce qu’elle croyait, et que l’espoir brille peut-être au bout du tunnel…

 

Mon Avis

J’avais ce livre depuis pas mal de temps dans ma PAL et dans ma wishlist Amazon, mais avais toujours hésité à l’en sortir. C’est donc tout naturellement que je me suis précipitée dessus quand je l’ai aperçu à la médiathèque de ma ville pour me pencher un peu plus sur le sujet.

Ici, on va accompagner une jeune fille du nom de Trèfle qui vit et a toujours vécu dans l’Enclave, sous terre. Sous terre ? Eh oui. Car depuis que les humains ont ravagé la planète, le seul moyen que les Hommes ont trouvé pour survire est de s’exiler dans les bas fonds, où d’horribles Monstres règnent en maître.

Trèfle est Chasseuse, ou, tout du moins, elle va le devenir incessamment sous peu lors de son baptême, et se verra attribuer un coéquipier.

Malheureusement, tout ne se passe pas comme prévu pour elle et, si elle est bien Chausseuse, son binôme est la plus exécrable des personnes qu’elle n’aie jamais vu.

Comment vous dire que, si le résumé me tentait drôlement, je n’ai pas aimé ce livre.

J’ai été déçue, et pas qu’un peu. Le fait est qu’il se lit rapidement, il n’y a aucun souci là dessus. L’écriture est assez fluide, mais hachée, et c’est ça le souci pour moi.

Tout du long de l’histoire, j’ai eu la désagréable impression que l’auteure avait fait une liste de toutes les scènes qu’elle voulait absolument placer dans son roman, et qu’elle les a mis à la suite, comme ça, sans qu’on comprenne vraiment pourquoi, sans vrai lien.

De plus, j’ai trouvé l’écriture très enfantine. C’est un récit à la première personne du singulier, et, même si Trèfle n’est pas une adulte mais une ado, j’ai eu l’impression de lire tout au long du roman un récit raconté par une gamine d’à peine de 10 ans, autant au niveau du vocabulaire qu’au niveau de l’avancée émotionnelle du personnage.

Je ne me suis attachée à aucun personnage, pas le temps. Soit ils meurent tellement rapidement qu’on n’a pas le temps de s’y attacher, soit ils sont juste antipathiques, pas dans le sens où ce sont des salops, mais plutôt dans celui où ils sont juste inexistant au niveau du caractère.

Tout arrive comme un cheveux sur la soupe, que ça soit les baisers, les attaques, les problèmes ou les joies, rien n’a vraiment de lien.

Je vais tout de même lire la suite car je me demande ce qu’il se passe après, mais je ne suis pas du tout convaincue par l’écriture de l’auteure et la manière dont elle a décidé de développer son histoire.

J’avais pourtant vu qu’il avait plus de 16 sur livraddict, comme quoi, il faut de tout pour faire un monde, preuve en est pour lui et pour La passe – miroir !

Ah un petit truc qui m’a embêté aussi ! Au début l’héroïne n’a pas de nom, elle va s’en voir attribuer un lors du baptême, et je trouvais ça cool de ne rien savoir, le suspens était là, et je me demandais comment elle allait s’appeler.

Sauf que. Étant donné le fait que le titre du premier chapitre si je ne m’abuse porte son prénom, ça casse tout de suite le truc !

Ma Note

1.5

 

Chronique, Collections R, Fantastique, Fantasy, Genres, Maisons d'éditions, Science Fiction, Young Adult

Chronique : Les clans Seekers de Arwen Elys Dayton

Capture d_écran 2017-08-12 à 16.51.59

Capture d_écran 2017-08-11 à 00.02.08

http://amzn.to/2fL1FuQ

 

Mon Avis

Aujourd’hui, nouvelle chronique sur Les Clans Seekers d’Arwen Elys Dayton et je dois vous avouer que je suis assez embêtée par ce roman.

En effet, si la couverture (magnifique il faut le dire) et le résumé m’attiraient, et que j’avais envie de découvrir cette histoire qui était quand même intrigante, je suis un peu déçue et perdue.

En gros ici nous allons suivre Quin Kincaid qui est vouée à devenir une Seeker. C’est ce qu’elle a toujours voulu, toute sa vie. Cependant, le jour où elle le devient, rien ne se passe comme prévu et elle se rend compte que toute sa vie est un mensonge.

Jusqu’ici tout a l’air simple. Oui, sauf que. Je n’ai pas vraiment compris l’histoire. Pourtant j’ai lu plus de 300 pages sur 475. Pourquoi m’arrêter en si bon chemin vous allez me dire ? Eh bien tout simplement parce que, au bout d’un moment, je n’ai plus eu la force de continuer. Si j’aime bien la manière d’écrire de l’auteur, je dois dire que c’est uniquement pour ça que j’ai continué, je n’ai pas réussi à accrocher à l’histoire et encore moins à la comprendre !

Qu’on se comprenne bien : Arwen Elys Dayton écrit vraiment très bien. Elle développe son histoire à la perfection, décrit parfaitement les scènes et les lieux et sait nous faire passer les sentiments de ses personnages sans que tout se transforme en roman bateau. Elle arrive à faire des protagonistes étonnants et c’est ce qui m’a plu.

En revanche, je me suis totalement perdue dans son récit. Tout d’abord, je croyais tomber sur un récit moyenâgeux (bien qu’il n’y ait que la couverture qui l’indique et pas le résumé), et je tombe en fait dans une époque plus moderne. Quand, en revanche, aucune idée.

Ensuite, l’autrice connait bien son monde, même un peu trop je dirais, et elle semble oublier que, nous, commun des mortels, ne sommes pas autant au fait qu’elle de tout ce qui a pu ou se passe dans cette histoire.

J’ai donc, la plupart du temps, eu beaucoup de questions sans réponses et si j’aimais beaucoup l’écriture, j’ai arrêté au bout de 300 pages (que j’ai mis plutôt longtemps à lire au final) car je ne voyais pas où voulait en venir A.E.D.

Je trouvais que si elle connaissait son monde sur le bout des doigts, elle se perdait dedans, à trop s’attarder sur des détails, et pas assez sur les choses les plus importantes.

Car après toutes ces pages rapidement tournées, je ne sais toujours pas exactement ce qu’est un morphofouet ni un distorseur, pas moins ce à quoi ressemble une Effraie (que je pensais avoir une tête de chouette étant donné le nom, ne vous moquez pas de moi) et je n’ai toujours pas compris ce qu’était un Seeker et ce qu’ils étaient censés faire ! Donc là, loin d’être un coup de cœur, je suis même en colère qu’une autrice qui écrit aussi bien nous laisse en plan comme ça !

Ma Note

2

Chronique, Fantastique, Genres, J'ai lu, Maisons d'éditions, Romance, Science Fiction, Young Adult

Chronique : Lux : Onyx de Jennifer L. Armentrout

Capture d_écran 2017-08-11 à 00.25.24

Capture d_écran 2017-08-11 à 00.02.08

http://amzn.to/2uxFLhb

 

Résumé

Depuis sa rencontre avec Dee et Daemon Black, la vie de Katy a changé du tout au tout. Car si Dee est une amie adorable dotée d’un frère terriblement sexy, ils sont cependant une source d’ennuis quasi intarissable… Entre la Défense qui cherche à tout prix à savoir de quoi Daemon est capable et la mystérieuse « trace » qui poursuit Katy, le lien qui l’unit au jeune homme sera mis à rude épreuve. Un péril plus grand que celui de la vérité ? Rien n’est moins sûr…

Mon Avis

Après avoir fini le tome 1 de la saga Lux : Obsidienne, je n’ai pas pu m’empêcher de faire une razzia sur Amazon et d’acheter les derniers tomes. Je me suis donc aussi empressée de lire le second tome une fois reçue.

Et encore une fois j’ai beaucoup aimé. Je trouve que Jennifer L. Armentrout a une manière d’écrire simple mais bien à elle, faisant que tout passe. On tourne les pages sans s’en rendre vraiment compte, on avale les informations, on boit les mots et on vit avec les personnages.

J’ai beaucoup aimé retrouver les personnages, notamment Daemon, soyons franc.

En revanche, je dois avouer que dans ce tome-ci, Katy m’a un peu énervée. Toujours à faire ce qui, pour moi, était un mauvais choix, à se trouver des excuses, à s’entêter dans des folies qui auraient pu être évitées, bref j’ai trouvé cette facette de sa personnalité agaçante au possible.

Spoiler

J’ai eu beaucoup de mal avec la mort d’Adam à la fin du tome. Notamment parce que, même si c’était un personnage peut étudié, je l’aimais bien, mais surtout par rapport à la manière dont Dee, et surtout Daemon ont réagi à sa mort. Soyons clair, pour moi, c’est la faute de Katy s’il est mort. Et Daemon lui en veut à peine. À la fin tout semble tout beau tout rose, comme s’il ne s’était presque rien passé.

Pour moi on peut réagir comme il l’a fait quand notre ami a été blessé mais que tout s’est bien fini, mais non, Adam est mort, et même s’il est en colère après Katy, il lui pardonne en moins de temps qu’il n’en faut pour le dire : ça m’a énormément dérangé. J’avais beau vouloir plus que tout qu’ils soient ensemble, je ne trouve pas ça juste, encore moins rationnel.

Spoiler

Bref, en tout cas j’ai quand même aimé ce second tome bien que, selon moi, pour certaines raisons cités ci dessus et pour le caractère têtu et presque chiant de Katy, je le trouve un peu en deçà. Pas trop facile, c’est bien, trop compliqué, c’est embêtant.

Je lirais bien évidemment la suite, car ce second tome se fini sur une révélation et un cliffhanger tel qu’on ne peut pas s’arrêter en si bon chemin ! Affaire à suivre, donc.

Ma Note

4

Genres, Maisons d'éditions, PKJ, Romance, Science Fiction, Young Adult

Chronique : Nil de Lynne Matson

Capture d_écran 2017-08-11 à 22.07.25

Capture d_écran 2017-08-11 à 00.02.08

http://amzn.to/2wQ72MA

Résumé

Charley se réveille sur une île somptueuse qui n’est sur aucune carte. Seule, perdue, elle survit tant bien que mal jusqu’à ce qu’elle rencontre Thad, le leader d’un clan regroupant les seuls humains présents sur l’île de Nil. Charley va vite comprendre que quitter cet enfer paradisiaque sera plus difficile qu’elle ne le pensait : la seule issue, ce sont les rares portes qui apparaissent au hasard sur l’île… Il n’y en a qu’une par jour, et une seule personne peut l’emprunter. Pire encore : on n’a qu’un an pour s’échapper. Sinon, on meurt. Le compte à rebours a déjà commencé…

Mon Avis

Pour ceux qui me connaissaient déjà sur mon ancien blog, JabberWockyReads, vous vous direz sûrement que la chronique de Nil vous dis quelque chose, en tout cas, Nina, du blog Prête moi ta plume va sûrement rigoler en voyant cet article : souvenirs souvenirs.

J’avais fait une chronique plutôt salée et même pimentée sur ce roman. Ayant maintenant un nouveau blog, je relis toute ma bibliothèque pour rechroniquer les livres, quitte à voir si j’ai opéré des changements d’avis entre temps… On peut dire que pour Nil, c’est raté, et c’est même pire. Ce qui m’embêtait au début m’énerve carrément maintenant et j’ai eu envie de jeter mon livre par la fenêtre plus d’une fois !

Je me souviens encore amèrement avoir lu ce livre durant le week-end à 1000… autant vous dire que ce défi aura donc été un fiasco : impossible d’avancer dans ce roman.

Bref, je le relis donc et là : catastrophe again, je dois être masochyste, je ne sais pas, mais une fois ma lecture terminée et le livre refermé, je suis heureuse car je ne m’étais pas trompée (beaucoup de rhyme ici).

Je n’ai toujours pas réussi à accrocher à l’histoire.

J’en parlais dernièrement avec Nina (oui oui toujours la même eheh) & on en vient à une conclusion amère : on nous prend pour des cruches, pour rester poli.

En effet, ce livre Young Adult est écrit comme si les lectrices/lecteurs avaient 8 ans et n’étaient pas capable de comprendre une intrigue développée.

Pour petit rappel, dans ce roman on va suivre l’histoire de Charley, jeune fille qui va se retrouver happer sur une île (presque) désertique sans savoir comment ni pourquoi. Elle va alors trouver une sorte de petite communauté de survivants qui cherchent une seule et unique chose : les portes. Elles apparaissent aléatoirement sur l’île et qui permettent à une seule et unique personne de s’échapper. Après une année fatidique, si la personne n’a pas réussie à en attraper une, elle meurt. Purement et simplement.

Franchement comme ça, en plus d’une couverture magnifique, le résumé a l’air totalement pété. Et les notes Livraddict allaient bien dans ce sens.

Et puis j’ai tourné les premières pages, et alors la décente aux enfers a commencé.

Premièrement, tout est basé sur une histoire d’amour bancale, qui n’a aucun sens. Charley rencontre Thad, et c’est au bout de même pas une dizaine de pages voire même de lignes (sans rire) qu’on découvre qu’ils sont « trop en phase et love to love dès le premier regard« . Déjà là, on sent la grosse arnaque arriver et l’excuse à chaque bout de paragraphe pour les bisous bisous.

Ensuite, l’écriture est simple, décousue. Depuis quand, soyons sérieux, un fils de boulanger sait faire du pain ou une fille de médecin soigner ? Évidemment que c’est possible, mais à un moment donné, on a l’impression que chaque ado de l’île sait faire parce que leurs parents font. Sérieux, un peu d’imagination mince alors !

Ensuite (attention il va y avoir beaucoup de ensuite dans cet article, je suis en colère.), les personnages ne sont pas développés. L’autrice s’est donnée tellement de mal avec son couple (en carton) qu’elle a complètement oublié de donner du caractère aux autres protagonistes et c’est bien dommage.

Bref, pas de suspens, dénouements attendus, et la fin m’a juste fait rire, jaune, bien entendu. Bref, comme dans les Disneys, tout est bien qui fini bien et tout le monde pourra se faire des bisous dans le meilleur des mondes.

Enfin, je pense que le résumé était bon et prometteur, et qu’il aurait peut-être fallu qu’un autre auteur / autrice se penche sur le sujet plutôt que Lynne Matson. Car je pense sérieusement (je n’aurais jamais dépensé plus de 17 € dans ce livre sinon), que l’histoire aurait pu être géniale.

Sur ce, laissez moi vos avis, et je m’en retrouve dans mon pays des livres où j’espère trouver l’apaisement après cette lecture qui me laissera un goût bien amer.

Je mets 0.5 pour la forme et pour l’idée de base.

Ma Note

0.5

Castelmore, Chronique, Genres, Maisons d'éditions, Science Fiction, Young Adult

Chronique : Le dernier jardin : Éphémère de Lauren De Stefano

Capture d_écran 2017-08-11 à 14.20.29

Capture d_écran 2017-08-11 à 00.02.08

http://amzn.to/2wB1C8P

Résumé

Que faire de sa vie quand on connaît la date exacte de sa mort ?
Les scientifiques ont créé des enfants génétiquement parfaits, immunisés contre toutes les maladies. L’humanité a cru voir son avenir assuré…jusqu’au jour où le verdict accablant est tombé. Ces jeunes gens ont une espérance de vie incroyablement courte : 25 ans pour les hommes, 20 ans pour les femmes, sans exception. Dans ce monde désolé, des jeunes filles sont kidnappées et contraintes à des mariages polygames pour la survie de l’espèce.
Rhine, âgée de seize ans, a été enlevée de force à son frère. Elle se réveille enfermée dans une prison dorée, un manoir où des serviteurs veillent à ses moindres désirs. Malgré l’amour sincère de son mari et la confiance qui s’instaure petit à petit avec ses sœurs épouses, Rhine n’a qu’une idée en tête : s’enfuir de cet endroit.

Mon Avis

Après avoir lu le premier tome de Lux, et en attendant de recevoir la suite, je suis passée à la bibliothèque et je suis tombée sur ce roman qui me faisait un peu de l’œil.

Tout d’abord, la couverture est plutôt jolie, et le résumé intriguant.

On va suivre Rhine, jeune fille qui vit dans un monde où les hommes meurent à 25 ans, et les femmes à 20 ans. Il lui reste donc 4 ans à vivre. 4 ans à vivre, alors qu’elle vient de se faire kidnapper pour devenir une des 3 épouse d’un homme dénommé Linden, dans le seul et unique but de devenir sa femme et de lui faire des enfants jusqu’à ce que son père, éminent médecin, froid et calculateur, trouve une solution pour éradiquer la maladie.

Bref. Elle va détester sa condition du début à la fin, et seul Gabriel, un serviteur, qui va tenter de rendre son séjour dans cette prison dorée plus supportable.

Pour faire bref, j’ai bien aimé. Mais ce n’était pas la folie non plus, j’ai donc un avis plutôt mitigé. Je trouve que l’histoire est plutôt originale. Cependant, même si ce roman ne m’a pas choqué, je mets quand même un petit avertissement pour les âmes sensibles : l’auteur ne fait pas dans la dentelle.

Rien de gore ou d’horrible aux yeux, mais la vérité toute crue, qui, parfois, est loin d’être plaisante. On se passerait bien de quelques scènes ou de quelques révélations, malgré le fait que, sans elles, le récit serait bien lisse.

En parlant du récit. Je peux d’ors et déjà dire que l’écriture est joliment travaillée. Cependant, j’ai trouvé la mise en place très longue, presque comme s’il n’y avait aucune action réelle. On attend en même temps que l’héroïne que son calvaire finisse et j’ai plus eu l’impression d’être postée à l’extérieure que de vivre les choses comme j’ai l’habitude de le faire dans les romans.

J’ai adoré Jenna, résignée mais forte malgré tout , je n’ai pas pu piffrer Cecily et j’avais envie de donner des gifles à Linden, monsieur passif-agressif. Ne parlons même pas de Maître Vaughn. Pour ce qui est de Gabriel, quelque peu absent mais présent tout de même – un peu contradictoire, je sais, je l’ai plutôt bien aimé, lui et son caractère, et Rhine a, malgré toute sa haine, été un peu trop lente à mon goût, bien que je me doute que, dans la vie réelle, il est beaucoup plus probable de vivre les choses à sa manière que de se transformer en une Katniss Everdeen ou une Tris.

Ma Note

3

Chronique, Fantastique, Genres, J'ai lu, Maisons d'éditions, Romance, Science Fiction, Young Adult

Chronique : Lux : Obsidienne de Jennifer L. Armentrout

Capture d_écran 2017-08-11 à 14.29.49

Capture d_écran 2017-08-11 à 00.02.08

http://amzn.to/2wOGBH2

Résumé

Quand Katy déménage dans un coin paumé de Virginie-Occidentale, elle s’attend à tout sauf rencontrer des voisins de son âge. Déception, Daemon Black a beau être canon et avoir une sœur jumelle adorable, il n’en est pas moins insupportable et arrogant !
Lorsque Kat se rend compte que tout le monde semble fuir la famille Black, elle voit d’un autre oeil la froide suffisance de Daemon. Pourra-t-elle encore l’éviter quand tout lui crie de s’en approcher ?

Mon Avis

On frôle le coup de cœur ! Que dis-je ? On frôle ? Non ! C’est un coup de cœur total ! De plus en plus je me rends compte que les éditions j’ai lu font parties de mes préférées ! En effet, simples, mais toujours justes ! Elles ne payent pas de mine, et pourtant, je les trouve toujours appropriées !

J’avais adoré Beautiful disaster de Jamie McGuire (je crois que depuis le temps, vous l’avez compris, d’ailleurs je planifie une relecture, je pourrais donc vous faire une magnifique chronique sur le blog eheh), on a aussi Outlander qui, je pense, n’est plus à présenter (chroniques prévues aussi sous peu), BREF, que du bon !

Dans ce roman nous allons donc suivre Katy, ou Kittykitten pour les intimes. Jeune lycéenne et blogueuse littéraire (coïncidence ? je ne crois pas.) qui emménage dans une petite ville de Virginie Occidentale pour fuir avec sa mère un passé douloureux.

Elle va donc rencontrer des jumeaux détonants nommés Dee et Daemon. S’ils se ressemblent physiquement, il n’y a pas plus différent du point de vue du caractère, et on peut dire que si Dee va devenir rapidement sa meilleure amie, Daemon, quant à lui, va lui en faire baver, et vice versa.

J’ai beaucoup aimé lire ce roman qui, je trouve, malgré le fait qu’il respecte une trame plutôt basique de la fille qui arrive dans une nouvelle ville et rencontre un garçon un peu bizarre, innove tout de même.

J’ai beaucoup aimé le caractère de Daemon, malgré le fait que, dans la vie, on est bien d’accord que je ne pourrais pas l’encadrer. Il est irascible, impossible à vivre, agressif, chiant au possible, et pourtant on l’aime bien, ce Daemon !

J’adore Dee aussi. Fraîche, mignonne, sympa et un peu fofolle sur les bords. Elle est vraiment un super personnage et je comprends pourquoi Katy est devenue meilleure amie avec !

Pour ce qui est de Katy, justement, parce qu’il faut en parler aussi hein, c’est quand même le personnage principal de cette histoire, j’ai trouvé qu’elle était attachante. Pas trop ni pas assez. Ce n’est ni un cliché de la liseuse qui ne fait pas de sport (enfin bon si, un peu quand même mais ça passe), ni celui de la pétasse blonde peroxydée qui ne connait que les noms de ses mascara.

J’ai aimé son caractère trempé mais pas trop et même si certains de ses choix m’ont fait lever les yeux au ciel, je trouve qu’au final elle n’en est que plus humaine, et qu’on pourrait très bien réagir comme elle à ce genre de situations.

Je n’ose pas trop vous en dire sur ce roman car il y a tellement d’informations que j’aurais peur d’en dire une importante que vous découvrirez au fur et à mesure des pages. Tout ce que je peux vous dire c’est que l’écriture est vraiment fluide et que les pages se tournent sans qu’on le remarque. À chaque fin de chapitre, on a juste envie de se plonger dans un autre, et à la fin du roman, on a qu’une idée en tête : lire la suite (que je me suis d’ailleurs empressée de commander).

J’ai aimé comment l’auteure met les choses assez rapidement en place tout en prenant son temps.

Bref, un bon petit coup de cœur comme j’ai lu sait nous en offrir !

PS: Le seul truc reprochable, mais qui l’est dans tous les romans de ce type : depuis quand des jeunes de même pas 18 ans arrivent à être aussi autonomes et à gérer des problèmes énormes en deux deux ?

Ma Note

4.5

Coup de coeur