Castelmore, Chronique, Fantastique, Genres, Maisons d'éditions, Young Adult

Chronique : Pouvoirs obscurs : innocence de Kelley Armstrong

pouvoirs-obscurs,-tome-4---innocence-539100-264-432

Titre : Pouvoirs obscurs : Innocence

Auteur : Kelley Armstrong

Éditions : Castelmore

Tome : 4

Pages : 350 pages

Type : Fantastique

Prix : 12.90 euros

 

Résumé

Un drame. Des évènements inquiétants. Un secret bien gardé.
Maya Delaney aime la nature : les bois qui entourent sa maison sont comme un sanctuaire et sur sa hanche, la jeune fille a une tache de naissance qui ressemble à l’emprunte d’une patte de puma. Maya ne pourrait pas vivre ailleurs.
Jusqu’au jour où des évènements étranges bousculent la vie des habitants de Salmon Creek. Daniel, le meilleur ami de Maya, a de mauvais pressentiments à propos de certaines personnes, comme Rafe, un adolescent qui vient d’arriver en ville. Quel secret cache-t-il? Et pourquoi Maya l’intéresse-t-elle tant?

Résumé

Il y a une semaine je vous faisais ma chronique du « dernier tome » de la trilogie dans la saga, et j’en sortais plutôt heureuse.

Je me suis donc jetée sur la suite. Bon premièrement, j’ai été déçu de voir qu’on ne continuait pas avec l’équipe Derek Chloé Simon mais j’en ai fait mon affaire.

Pourtant, si j’ai essayé, je n’ai pas du tout réussi à rentrer dans ce premier tome comme je l’avais fait avec la première histoire.

Les personnages sont beaucoup moins attachants, et je n’ai pas vraiment compris l’utilité de ce roman. Ça parait dur dit comme ça, mais c’est vrai. Autant dans les trois premiers tomes l’histoire s’étaient rapidement mis en place et on savait à quoi on avait affaire, autant là tout était rapide et trop long en même temps, un peu comme du blabla mais à la fin rien, pas de dénouement, pas de suspens, je n’ai même pas vraiment envie de lire les autres tomes.

Je ne sais pas vraiment pourquoi je n’ai pas aimé, l’écriture de Kelley Arsmtrong est pourtant toujours aussi bien, et la fluidité reste de mise, mais je n’ai pas réussi à accrocher et à rentrer dans l’histoire, c’était comme si je voulais, mais je n’y arrivais pas.

Impossible pour moi de me faire aux personnages, de m’y attacher et de vouloir évoluer avec eux, je les trouvais insipides et pas franchement aboutis.

Bref, si je mets plus de la moyenne c’est parce que j’aime quand même la trame de base et parce que l’écriture fait que j’ai réussi à aller au bout de ce tome, mais je suis tout de même très déçue de la tournure que prennent les évènements.

A voir si je lis les autres.

 

Note

3

Castelmore, Chronique, Dystopie, Fantastique, Maisons d'éditions, Romance, Young Adult

Chronique : New Victoria : Tome 1 de Lia Habel

new-victoria,-tome-1---new-victoria-2490082-250-400

Titre : New Victoria

Auteur : Lia Habel

Éditions : Castelmore

Tome : 1

Pages : 574 pages

Type : Science Fiction, Young Adult

Prix : 17.20€

 

Résumé

2195. Nora Dearly, jeune fille de la haute société de New Victoria, est plus intéressée par l’histoire militaire de son pays que par les bals et les jolies robes. Elle n’imaginait pas que la mort de son père, le docteur Dearly, la projetterait au cœur des conflits qui menacent les frontières du pays… Kidnappée par une faction rebelle, Nora doit combattre ses préjugés pour comprendre leurs motivations. Bram Griswold, un jeune soldat courageux et séduisant, entend bien lui ouvrir les yeux sur la véritable menace qui pèse sur les vivants… comme sur les morts.

Mon avis

J’ai lu très peu d’histoires de zombie. Hormis In the After et In the End (que je vous chroniquerai surement très bientôt), je ne m’étais jamais vraiment penchée sur la littérature zombie.

C’est donc avec beaucoup de curiosité que j’ai tourné les pages de New Victoria. Le plus ? Les zombies, pour sur. Le plus plus ? Ils ne sont pas tous en train de se désagréger et de vouloir manger tout ce qui leur tombe sous la main (bon un peu, mais ils arrivent quand même à se maitriser, pour certains).

Ce qui est assez anecdotique mais qui m’a fait rire, c’est que je viens de finir la saga des Anges déchus et je retombe sur une Nora en ouvrant New Victoria. Coïncidence ? Possible.

Bon, sinon, évidemment, ce n’est pas la seule qui m’a marqué dans ce roman, vous vous en doutez bien.

J’ai beaucoup aimé l’ambiance que Lia Habel a réussi à créer dans ce roman. Vivre comme au temps des Victoriens, mais avec la technologie en plus. Le charme et le pratique réunis en une seule et même époque. Intéressant non ?

Pour moi oui, en tout cas, car les descriptions sont très fournies sans pourtant nous ennuyer et nous forcer à sauter des pages.

J’ai bien aimé aussi que l’histoire soit écrite sous plusieurs vues différentes, même si mes préférées étaient sans nul doute celles de Nora et Bram.

D’ailleurs parlons en, de Bram et Nora.

J’ai l’impression que toutes les Nora ont un caractère bien trempé, parce qu’après celle de la saga des Anges déchus, celle ci ne déroge pas à la règle : elle est impertinente, impulsive, et j’adore.

Elle n’en reste pas moins sensible et Bram est là pour la protéger (roh  allez, qui n’aime pas ce genre d’histoire ou l’homme assure quand même les arrières de son intrépide guerrière ?)

Je trouve, totalement superficiel mais bon de le noter quand même, que la couverture est aussi très jolie et nous met bien dans l’ambiance que veut faire passer Lia Habel.

Un point que j’ai trouvé obscur est les prénoms des personnages, nous avons plusieurs Zombies, et j’avoue que je confondais souvent leur nom et leur physique.

J’ai beaucoup aimé ce roman, même si j’avoue que vers les dernières pages (car c’est un bon bébé de plus de 500 pages), j’avais hâte que ça se finisse pas parce que je m’ennuyais mais parce que je voulais juste savoir le fin mot de l’histoire.

Maintenant que j’ai tourné la dernière page, je peux enfin passer au tome 2 (tout aussi joliment gros) & profiter de Bram qui, malgré son air un peu mort, est quand même personnage vachement chouette !

Pour une première histoire de Zombies gentils, c’est une plutôt bonne expérience, et j’ai passé un très bon moment !

Note

3.5